Michel Drucker présente les Molières...

Publié le par Tout sur Michel Drucker

... avec sa nièce Marie. Dur métier pour Le Figaro : 

Molières contre Molière ?

logo_figaro100.jpgJEAN-LUC JEENER (23/04/2010)Demain dimanche, quelques bons spectacles seront « moliérisés ». Certaines mauvaises langues préfèrent dire : « revolvérisés ». C'est injuste. Disons-le clairement : la véritable injustice de la cérémonie des Molières tient plutôt au mode de sélection et au mépris avec lequel sont considérés certains petits théâtres. Retransmise sur France 2 et présentée par Marie et Michel Drucker, qui feront ce qu'ils pourront pour ne pas faire fuir les quelques téléspectateurs qui restent, l'émission est certes fort délicate à tenir. Pour qu'elle marche, il faudrait que la « grande famille du théâtre » soit dans l'émotion, la fraternité, la hauteur de vue, la générosité... ce qui est mal parti. Surtout avec l'absence d'Ariane Mnouchkine (elle a refusé ses nominations) ou de certains spectacles, comme Le Mec de la tombe d'à côté (Théâtre du Petit Saint-Martin). Quelle réussite, pourtant, que cette pièce tirée du récit de Katarina Mazetti, dont on ressort le cœur léger, l'âme nourrie, le sourire aux lèvres. Rien de mièvre ni de racoleur dans cette histoire d'amour entre un cultivateur et une libraire qui se rencontrent en priant et en bavardant sur la tombe d'un proche. La mise en scène de Panchika Velez, pleine de délicatesse et d'intelligence, est d'une efficacité redoutable. Et le jeu si fin, si retenu, des deux comédiens, Anne Loiret et Marc Fayet, inoubliable. Les Molières se seraient grandement honorés en sélectionnant cette pièce. Espérons au moins que Laurent Terzieff recevra, pour Philoctète, le molière du meilleur comédien. Lui au moins sait parler du théâtre avec passion. Si on ne lui coupe pas la parole...

 

Commenter cet article