Football : Michel Drucker est un parrain heureux

Publié le par Tout sur Michel Drucker

2010050615365997

Entretien paru dans La Provence vendredi 7 mai :

logo_laProvence.jpgParrain du club de football de Ligue 2 AC Arles-Avignon, Michel Drucker (qui a une maison dans les Alpilles, à Eygalières) sera au Parc des sports d'Avignon pour le dernier match de la saison, le 14 mai... et peut-être la montée en Ligue 1...

- En tant que parrain de l'ACA, comment expliquez-vous la saison euphorique du club ? 
Michel Drucker :
 "Leur incroyable saison est due avant tout à un état d'esprit. C'est une équipe commando, une équipe de copains, qui mise sur le collectif et pas sur des stars. En cela, l'ACA est complètement décalé par rapport au foot business actuel où on croise des équipes qui sont de vraies usines, embarquées dans une économie redoutable. Il y a quelques jours, je suis allé voir jouer le PSG contre le Stade rennais et c'est une autre planète. En fait, l'ACA me fait penser à l'équipe de France de handball. Ils amènent un vent de fraîcheur, une bouffée d'oxygène. Ça me touche beaucoup. 

- Si le club accède à l'élite, il sera difficile de conserver cet état d'esprit en Ligue 1 ? 
M.D. : 
C'est LA vraie question. Avec le président Conrad, avec qui j'ai déjeuné il y a quelques jours, et l'entraîneur Michel Estevan, je ne me fais pas de soucis de ce côté-là. Je pense qu'il faudra se renforcer avec un ou deux avant-centres expérimentés. Mais l'avenir du club passe par cette ambiance de copains, qui doit perdurer. Et puis, en cas d'accession à l'élite, il faudra veiller à ne pas faire l'ascenseur. Viser le maintien dans un premier temps et ne pas être trop gourmand. 

- A l'entame de la saison, avec son budget nettement inférieur aux grosses écuries, Brest, Strasbourg ou le Havre, rien ne laissait présager que l'ACA jouerait les premiers rôles, qui plus dès son arrivée en Ligue 2…...
M.D. : C'est vrai que le budget du club correspond à deux salaires avec primes de stars du foot. Et pourtant, c'est ça la magie de ce sport, ils peuvent renverser n'importe quelle équipe.

- C'est la première fois que vous êtes parrain d'un club de foot, au grand dam du stade Malherbes de Caen. Comment voyez-vous votre rôle de parrain de l'ACA ? 
M.D. : Dès que je peux, dans mes émissions de télé et radio, je parle du club. Par la suite, avec d'autres personnes, qui connaissent aussi beaucoup de monde, on va aider le club pour trouver des sponsors et continuer de faire parler de lui. C'est un honneur pour moi d'être parrain de l'ACA, moi qui vis à mi-chemin d'Arles et d'Avignon.

- Renaud est fana du stoppeur Romain Reynaud. De votre côté, y a-t-il un joueur de l'effectif qui a vos faveurs ? 
M.D. : Je suis venu une seule fois cette saison au Parc des sports d'Avignon (ndlr: le 16 octobre contre Bastia) car entre mes emplois du temps télé et radio, c'est très compliqué à gérer. N'Diaye m'a beaucoup impressionné par sa vivacité. J'aime aussi beaucoup Sébastien Piocelle, sa sérénité sur le terrain et sa générosité en dehors des terrains, avec la grande opération de solidarité qu'il va mettre en place dans quelques jours. J'ai aussi découvert Ayasse, Ayew, Merville, toute une génération merveilleuse qui promet beaucoup. 

- Vous verra-t-on au Parc des sports pour le dernier match à domicile le 14 mai contre Clermont-Ferrand ? 
M.D. :Évidemment. L'après-midi, je serai au Festival de Cannes pour Europe 1. Puis je filerai à Avignon. Ce soir-là, ça va être une belle fête. J'espère." 

Commenter cet article