A la Une : Télé 7 Jours (1972)

Publié le par Tout sur Michel Drucker

Michel Drucker à la Une. Si Johnny n'existait pas, Michel Drucker figurerait au Livre des records des couvertures de magazines télé. Il en est le “médaille d'argent”, cumulant son propre “Top 100” des “Une de presse”.



A l'automne 1972, Michel Drucker présente sur la première chaîne “Le Sport en fête”. Images noir et blanc, décor à la sobriété préhistorique comparée avec la télévision du XXIe siècle. De 14 h 30 à 17 h 20, il reçoit tout ce beau monde autour d’une grande table. Avant d’introduire des championnats d’Europe de judo commenté par Christian Quidet, un match de basket-ball France-Yougoslavie avec Jean Raynal au micro ou encore la réunion de Longchamp enrubannée par la mythique verve de Léon Zitrone et les caméras de Lucien Gavinet.Sports et show-business : jusqu’ici, le détenteur de la carte de presse n°22177 veillait bien à passer de l’un à l’autre, sans mélanger les genres. C’était le temps de l’alternance. Dorénavant, il joue sur les deux tableaux dans le même programme, comme s’il n’avait pas encore choisi son camp.
Professionnellement, il lui faut néanmoins trancher : « À cette époque, je suis devenu saltimbanque. J’ai rendu mon statut de journaliste pour devenir producteur indépendant, payé à l’émission. » (Jours de France). L’aspect financier a joué. En 1972, « l’année où j’ai rencontré mon épouse, je gagnais 2 900 francs par mois. J’en ai eu marre. J’ai voulu être indépendant », reconnaît-il avec franchise en mai 1976 alors qu’il est en couverture de Paris-Match présenté comme rival de Jacques Martin, « idole télévisée numéro 1 dans le cœur des téléspectateurs. » (Paris-Match du 1er mai 1976).

> La vidéo : Claude François dialogue avec Michel Jazy dans “Le Sport en fête” du 3 décembre 1973. Cliquez ici.

Publié dans A la Une

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article